L’Épouvantable Vendredi : Le sang a coulé…

… Comme cela était prévu.

Et oui, je vous en parlais, en vous disant que mon vendredi serait épouvantable.

Tout d’abord, le décors était planté dans le Hall de L’institut Lumière.

En effet, s’y trouvait une sympathique mise en scène de Amélie dans laquelle trônaient par exemples des squelettes, des yeux globuleux fraîchement arrachés et prêts à être consommés, et une tablée partagée par des animaux empaillés.

Encore une idée barjot mais qui cadrait parfaitement avec le thème de la soirée.

L'épouvantable vendredi

Avant la projection de chaque séance, un montage de scènes cultes de plusieurs films du genre vampirique était présenté.

On y redécouvrait des extraits du Bal des Vampires, du Dracula de Coppola, ou bien encore d’Underworld… de quoi se plonger dans l’ambiance, non pas sans un certain humour parfois, compte-tenu de certaines scènes.

L'épouvantable vendredi

Puis AoA Production a présenté ses activités et surtout celles à venir. L’un d’entre-elles a attiré mon attention puisqu’elle montre à quel point cette association sait pousser le délire.

Il s’agit des ‘nuits expérimentales’, illustrées par une photo présentant des fantômes. Julien s’explique en s’excusant presque : ‘on ne savait pas ce que ça ferait de faire une soirée avec tout le monde portant un drap sur la tête‘.

L'épouvantable vendredi

AoA est toujours fière de son leitmotiv ‘On ne sait pas pourquoi on le fait, mais on le fait bien.‘ et n’est pas peu fière de l’avoir fait traduire en Latin !

20131129201822

Puis, comme annoncé, c’était au tour d’Adrien Party, auteur du Fanzine vampirisme.com, d’intervenir.

Ah ça, on peut dire qu’il le maîtrise son sujet. Mais surtout, et c’est sacrément important, il sait en parler sans que les néophytes, dont je fais partie, ne se sentent exclus.

J’ai ainsi appris énormément de petites choses avec plaisir.

La conférence d’Adrien était par ailleurs parfaitement adaptée au thème de la soirée puisqu’il a ciblé son discours sur la place des vampires au cinéma.

On y apprenait ainsi comment ils avaient traversé les époques, en étant parfois moins pris au sérieux qu’aujourd’hui, ou même carrément un peu oubliés par périodes. Il était drôle aussi de se faire expliquer les différentes tentatives de faire des films qui se démarquent un peu avec Blackula ou bien encore un Dracula asiatique afin de dénoncer une xénophobie latente.

Mais il était également question de leur symbolique, d’un point de vue psychologique, après des événements majeurs comme la seconde guerre mondiale ou la libération sexuelle, ou encore après la montée du SIDA. Des points de vue sacrément intéressants.

L'épouvantable vendredi

Puis la première projection eu lieu.

Qui dit vendredi épouvantable, dit épouvante. Et bien j’ai été servi ! S’y j’osais être légèrement vulgaire (mais non, je ne suis pas comme ça, hein ^^…), je dirais que j’ai dû changer de caleçon ! Et je n’ai pas dû être le seul dans la salle.

30 jours de nuit‘ m’a en effet fait sursauter plus d’une fois.

Il faut dire, aussi, que j’y suis allé seul et que, normalement, quand on va voir ce genre de films au cinéma, on y va accompagné pour se moquer gentiment des sursauts de ses camarades. Ça permet de relativiser et de reprendre un peu confiance.

Mais là… Ben euh… Il s’est trouvé qu’à certains moments je n’étais pas fier !

J’ai adoré ce film, et c’était une excellente idée que de le projeter.

Quelques soucis techniques se sont posés, notamment au niveau du son qui sautait parfois, passant d’une bande son simili mono et faiblarde à une stéréo surpuissance (bonjour l’angoisse dans les moments clefs !). Mais c’est là tout le charme, à l’ère du tout numérique, d’assister de nouveau à une projection à partir d’une vraie bobine 35 mm qui avait dû ‘vivre’ un peu depuis sa première exploitation.

L’institut s’en est excusé, je ne pense pas que c’était vraiment nécessaire, bien au contraire, car ça ajoutait au charme de la soirée.

À l’entracte, les Ingoruptibles ont félicité les gagnants d’un Quizz qui avait été réalisé sur le thème des vampires. Et je viens juste de réaliser que j’avais oublié d’y jouer !

L'épouvantable vendredi

C’était également l’occasion de présenter le ‘Festival des Maudits Films’ qui se déroulera du 21 au 25 janvier 2014, à Grenoble.

L'épouvantable vendredi

Puis c’était au tour de ‘Blade II‘ d’être projeté.

Bon…. J’avais dû voir le premier, dont je ne me souviens plus vraiment. Mais quand j’ai vu la scène d’introduction du second volet, il n’est pas vraiment sûr que le premier me manque ! Même si pendant cette scène il y a au moins quelqu’un qui a pris du plaisir car je l’entendais éclater de rire. Il faut dire que je n’en étais pas loin non-plus !

Autant ’30 jours de nuit’ était une bonne surprise, autant là je suis tombé dans le genre cinématographique que je n’affectionne pas particulièrement.

Alors ce n’est pas le film qui m’a fait partir. parce que bon, j’ai tout de même pris ma place mais n’ai pu en voir qu’un petit quart d’heure. Il fallait bien rentrer, la soirée avait pris du retard, et je ne sais pas encore me déplacer sur les toits comme savent le faire les vampires !

En tous cas, si les vendredi soirs vous ne savez pas quoi faire, n’hésitez pas à les remplir d’un peu d’épouvante !

commentaire(s)

Laisser un commentaire